Get Adobe Flash player

paris sportif

Dafabet sponsorise le championnat de Billard

billardLa société de paris et de jeux en ligne Dafabet a conclu un accord pour devenir le sponsor en titre de la World Snooker Championship 2014.

Dafabet deviendra la quatrième société de jeux à servir en tant que sponsor en titre du tournoi, après le sponsor de l'an dernier, Betfair, et des supporters précédents 888.com et BetFred.com.

Le World Snooker Championship se déroulera du 19 Avril au 5 mai à Crucible Theatre de Sheffield, en Angleterre.

Le tournoi mettra en vedette les 16 meilleurs joueurs du monde, ainsi que 16 qualifiés, en compétition pour un premier prix record de 300.000 £ (360,000 € / 500,000 $). Le parrainage de Dafabet stimulera le fonds global des prix à plus de 1,2 millions £.

Ronnie O'Sullivan sera de retour pour défendre le titre qu'il a remporté pour la cinquième fois l'année dernière.

Merci à : http://www.123eurowin.com/ top casinos en français

Ligue des Champions: Chelsea compte sur Cech pour battre le Barça

Il semble que la recette du coach Di Matteo pour battre  le Barça, double vainqueur de la compétition sur les 3 dernières années était efficace, et ses hommes, durs comme fer, étaient capables de bloquer Lionel Messi, considéré comme le meilleur joueur du monde actuellement et l'un des meilleurs de l'histoire du football.

En outre, les paroles de Franck Lampard n'ont pas tombé à terre: "J’aime bien notre étiquette d’outsiders pour ce soir, cela nous motive … nous ne devons pas avoir peur du Barça, nous devons les respecter certes car c’est une très bonne équipe, mais nous ne devons pas en avoir peur, nous devons jouer notre jeu. Ces derniers temps, nous sommes très efficaces, nous avons acquis une bonne discipline, et notre jeu est très offensif. Nous avons nos chances de battre cette équipe qui il est vrai domine le football actuellement en Europe, nous devons être a notre meilleur niveau… Nous avons un plan pour les battre, et nous sommes fiers que Messi n’ait jamais encore marqué face à nous.Les hommes préfèrent les brunes mais draguent les blondes".

Star du match demi-finale aller de la Ligue des Champions face au Barça (1-0), Petr Cech pourrait de nouveau un rôle majeur lors de la demi-finale retour au Camp Nou. Le gardien de but de Chelsea, qui revient à son meilleur niveau, s'apprête à subir un bombardement en règle mais il se dit prêt. A l'image de l'ensemble des briscards des Blues, Drogba et Terry en tête, le gardien de Chelsea, après une première partie de saison poussive, retrouve la grande forme.  Les mains sont de nouveau sûres et l'envergure du géant tchèque (1,97m) pétrifie toujours les attaquants adverses. Des qualités qui devraient être mises à l'épreuve du feu ce mardi au Camp Nou.

Le portier international tchèque avait tout simplement été parfait face à l'armada offensive des Blaugrana au match aller, même si sa plus belle parade était intervenue sur une tête d'un défenseur, Carles Puyol, qui pensait certainement avoir marqué le but de l'égalisation avant que le portier au casque ne se détende de tout son long pour sortir ce ballon au ras de son poteau. Si les occasions avaient plu ce soir là sur sa cage, contraignant Cech à cinq arrêts décisifs, cela devrait être encore plus mouvementé dans l'antre du Barça.

"J'essaie toujours de faire de mon mieux", confie modestement Cech après sa prestation héroïque à Stamford Bridge. "Mon objectif est d'être toujours bien placé quand les tirs arrivent", ajoute l'ancien gardien du Sparta Prague. S'il n'est pas le plus spectaculaire des derniers remparts, Cech reste une valeur sûre, un des gardiens qui commet le moins d'erreur. C'est bardé de confiance qu'il se prépare à défendre l'avantage acquis, alors que dans le camp adverse, son homologue Victor Valdes est en proie au doute. S'il ne pouvait rien sur le but de Drogba à Londres, le Barcelonais n'a pas été exempt de tout reproche sur les deux réalisations madrilènes qui ont fait basculer le Clasico samedi dernier (1-2). Une statistique résume bien la différence de traitement réservé aux deux portiers en Ligue des Champions : Là où Cech a stoppé 49 tirs, l'Espagnol, beaucoup moins sollicité, a repoussé… 9 frappes !

Pour une petite rapelle, Petr Cech commence à jouer au football à l'âge de huit ans dans le club junior de Pilsen, sa ville natale. Il évolue alors au poste de milieu défensif ou d'ailier, remplaçant occasionnellement le gardien lorsque celui-ci était absent. C'est après s'être cassé la jambe à dix ans qu'il décide de rester au poste de gardien2.

En 2004 Cech a signé un contrat jusqu'à l'été 2008 avec Chelsea, contrat qu'il a prolongé le 1er février 2006 jusqu'à l'été 2010. Dans cette saison Chelsea a remporté le championnat d'Angleterre, et Cech a remporté le trophée du meilleur gardien du championnat anglais n'encaissant aucun but pendant 17 matches. Le 14 octobre 2006, lors d'un match contre Reading, Cech se fracture le crâne lors d'une collision contre Stephen Hunt à la première minute de jeu (il était sorti pour récupérer le ballon dans les pieds du milieu de terrain irlandais). Cech, inconscient, est évacué du terrain en urgence. Il est opéré avec succès au Royal Bershire Hospital le lendemain, avant d'être transféré au Radcliffe Infirmary d'Oxford. À la fin du même match, c'est Carlo Cudicini qui doit être évacué en urgence suite à un duel aérien avec Ibrahima Sonko lors d'un corner. Ce sera finalement John Terry qui le remplacera dans les buts faute d'avoir pour le match un 3e gardien sur le banc.

Cech sort de l'hôpital aux environs du 24 octobre mais doit rester hors des terrains durant plusieurs mois pour ne pas risquer un deuxième choc qui pourrait lui être fatal. Dans le courant du mois de décembre, il reprend petit à petit l'entraînement. Il est autorisé à jouer avec un casque en mousse le 20 janvier 2007 contre Liverpool, et reprend dès lors sa place, remportant la League Cup quelques semaines plus tard.

Le chiffre d’affaire continue d’augmenter chez Unibet

L’opérateur de jeux en ligne à Malte Unibet Group a publié ses résultats financiers non vérifiés pour les douze mois de 2011 montrant une augmentation de près de cinq pour cent des revenus de gains bruts de £ 154,4 millions.

Unibet a révélé que les bénéfices provenant des activités poursuivies se sont élevés à £ 38,8 millions pour l'année, qui était une augmentation de 13 pour cent en glissement annuel, tandis que les bénéfices avant impôts ont grimpé à plus de douze pour cent pour atteindre £ 38,1 millions.

Les flux de trésorerie d'exploitation avant les mouvements dans les fonds de roulement pour l'exercice s'élève à £ 48,5 millions, ce qui est de £ 44,5 millions à partir de 2010, tandis que Unibet a déclaré que le nombre de clients actifs à la fin du trimestre est monté de plus de 91 000 à 400 697.

Le quatrième trimestre a vu Unibet accomplir avec succès l'acquisition de Solfive pour une contrepartie totale en espèces de £ 8,1 millions tandis que les bénéfices avant impôts pour cette période de trois mois ont augmenté de 29 pour cent en glissement annuel à £ 11,9 millions, tandis que ceux après impôts ont augmenté de 13 pour cent par rapport à la même période en 2010 à £ 11,3 millions.

« Nous sommes très satisfaits d'annoncer un autre trimestre avec une forte  croissance organique», a déclaré Henrik Tjarnstrom, directeur général d’Unibet.

« Les revenus et bénéfices de gains brutes provenant des activités ont augmenté de 26 pour cent en glissement trimestriel. Notre focalisation sur les marchés de base continue d'offrir d'excellents résultats avec des revenus tous le temps élevés pour la région nordique et cette croissance a été réalisé par le biais des marques Unibet et Maria.

Le développement positif durable que nous avons vu dans les produits offerts sous la marque Maria a continué fortement dans ce trimestre pour que Maria ait publié des revenus tous le temps élevés pour le trimestre et l'ensemble de l'année.

«Au cours des six premières semaines de 2012, nous avons vu une bonne poursuite de la croissance à la fois en termes de revenus et les enregistrements des clients. Nous voyons aussi une croissance encourageante de la consommation de la clientèle au Danemark.

« Nous allons continuer à nous concentrer sur nos principaux marchés afin de renforcer notre position dans le paysage européen en mutation.

En ligne avec notre stratégie d'acquisition, nous avons également fait deux investissements stratégiques afin d'élargir la portée la gamme géographique et des produits, un en France et un en Australie.

Ceci combiné avec nos développements vers des licences locales, telles que notre licence danoise nouvelle transforme rapidement Unibet en un acteur leader du marché réglementé. »

Domenech reverse ses primes du Mondial

pub

Pour plus de détail sur cette nouvelle qui fait la polémique du football francais en ce moment, Raymond Domenech a donné 70 000 euros à l’Athlétic Club de Boulogne-Billancourt (ACBB, Hauts-de-Seine). Les 80 000 euros restant ont été répartis entre un club de football de Paris intra-muros et une association caritative, indique le quotidien.

« On le remercie pour ce geste. On ne s’attendait pas à une telle reconnaissance de sa part. C’est un beau cadeau pour le club et nos jeunes », a déclaré au journal Jacques Migaud, président de l’ACBB. L’ACBB, troisième club français en nombre de licenciés, 1 058 répartis en 28 équipes, va investir dans du matériel pédagogique et sportif (plots, chasubles, survêtements…) et devrait baisser le prix de la licence (180 euros actuellement). « On le remercie pour ce geste. On ne s’attendait pas à une telle reconnaissance de sa part. C’est un beau cadeau pour le club et nos jeunes », a déclaré au journal Jacques Migaud, président de l’ACBB.

Notez que  les 23 joueurs de l’équipe de France présents ont également accepté de renoncer aux primes de droit à l’image liées à leur participation à la compétition et aux matches de préparation de la Coupe du monde, confirmant un engagement pris pendant l’épreuve.

Pour une petite rappelle Raymond, Domenech entraîne bénévolement depuis 13 mois l’équipe des moins de 11 ans de l’ACBB.

source www.casino-internet.ch

Paris Sportif avec William Hill

William Hill, Spécialiste des paris sportifs

William Hill SportsLe plus gros bookmaker Britanique arrive en France.

Il vous propose 100 euros gratuits pour commencer les paris.  Agréé en France, ce site reste une référence mondiale…

Pariez sur tous les sports aussi bien sur le tennis, le football, mais aussi le Golf, les courses de lévriers, le baseball, l’athlétisme les fléchettes etc…

A notre avis le site de paris en ligne le plus complet du marché !!!

My bet. com offre un bonus extra de 5000 euros aux nouvreaux affiliés

Le site de casino, de paris sportifs et de poker en ligne sous licence à Malte, MyBet.com, a annoncé une promotion spéciale qui offre aux nouveaux affiliés la possibilité d'empocher jusqu'à € 5.000 en plus de toute rémunération.

MyBet.com a lancé son programme d'affiliation à fin septembre de  2010 et a révélé que cette offre unique est ouverte à tous les nouveaux partenaires qui s'inscrivent au mois d'août à travers le site Web de l’Association des Webmasters de Portail de Jeux sur GPWA.org.

Les nouveaux affiliés qui apportent au moins onze déposants pour la première fois avant le 31 août gagneront 200 € en plus d'une part des revenus nets de 50 pour cent de ces joueurs sans report négatif. Ce montant augmente à 550 € pour ceux qui introduisent un minimum de 22 déposants pour la première fois à MyBet.com tandis € 1.000 attend les affiliés apportant au moins 33 joueurs.

Ces montants bonus continuent à augmenter progressivement jusqu'à atteindre € 5.000 pour les affiliés qui introduisent un minimum de 88 déposants pour la première fois aux produits offerts par le domaine de casino, de paris sportifs et de poker en ligne.

«Nous sommes très excités par notre nouvelle promotion », a déclaré Alexander Laske, directeur de filiale de MyBet.com.

« C'est la plus grande quantité d'argent que nous avons jamais donné aux filiales en une promotion mais nous voulons montrer aux affiliés que nous valorisons leur partenariat avec nous et nous voulons les récompenser en conséquence. Nous espérons qu'ils tirent le maximum de cette énorme opportunité de prix avec nous. »

résultat de spreadbetting – soicété de paris sportifs

Basée à Londres, la société de spreadbetting IG Group Holdings a publié ses résultats préliminaires pour son exercice à la fin du mois de mai montrant une augmentation de 7,3 pour cent en glissement annuel des revenus nets de négociation à £ 320.400.000.

IG Group a également révélé que le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement a augmenté de 4,6 pour cent en glissement annuel à £ 173,6 millions, bien que la marge ait diminué de 2,5 pour cent par rapport à la précédente période de douze mois à 54,2 pour cent.

«Les résultats reflètent l’opportunité de croissance continue pour le groupe puisque nous nous concentrons sur le développement de nos activités de base », a déclaré Tim Howkins, chef de direction d'IG Group.

«Toute l’'année, nous avons étendu notre part dans certains de nos marchés les plus importants et avons pris un certain nombre de mesures pour renforcer davantage notre position concurrentielle. Nous restons déterminés à investir dans notre plate-forme technologique que nous considérons comme un facteur clé de croissance rentable à long terme, et nous entrons bien positionnée dans l'année qui vient pour tirer parti de nos niveaux élevés de service à la clientèle et de maintenir et renforcer notre position de leader sur le marché à travers nos marchés géographiques. "

IG Group a annoncé que le bénéfice ajusté avant impôts a gonflé de 3,4 pour cent en glissement annuel à £ 163 millions tandis que ses liquidités disponibles ont amélioré de 4,6 pour cent par rapport à son exercice précédent pour atteindre £ 287.300.000.

«Je suis heureux d'annoncer une nouvelle année record dans laquelle le groupe a livré une nouvelle croissance du chiffre d'affaires et des clients actifs à travers ses marchés établis et ses nouveaux marchés », a déclaré Jonathan Davie, président d'IG Group.« Le conseil a recommandé un dividende final de 14,75 pence par action pour l'année, soit un total de distribution de 20 £ par action, soit une hausse de huit pour cent sur ​​2010. »

Parier sur la boxe

De nos jours les diverses disciplines sportives sont disponibles pour en faire des paris. Les plus réputés sont les sports qui utilisent le ballon comme le football, le basketball, le volleyball, le handball… Mais les autres sports attirent  beaucoup les parieurs du monde aussi, tels : le judo, le karaté, les diverses courses (cheval, moto, cyclisme)… Mais ce qui nous intéresse maintenant est la boxe. La boxe est un sport de combat qui met sur le ring deux adversaires qui doivent s’affronter. Normalement, il ne peut y avoir qu’un seul vainqueur durant un combat de boxe.

Chaque joueur peut utiliser ses bras et ses pieds pour donner des coups qui ne doivent pas descendre au dessous de la ceinture de chaque combattant. Il n’y a pas de temps limites pour un match de boxe, il peut durer juste quelques minutes ou plusieurs heures. Dans la boxe, on compte la durée par round et un round dure à peu près dix minutes à chaque fois. Tant que l’un des deux combattants soit battu, le combat continu et ce même après beau nombre de rounds.

Comme dans tous les autres paris, lorsqu’on parie sur la boxe, il faut d’abord avant de faire ses paris obtenir les cotes du match. Et pour cela, il faut s’inscrire chez un bookmaker  et souvent, pour un seul et même match, les bookmakers peuvent proposer différentes cotes. C’est pour cette raison qu’il est préférable d’avoir un compte chez plusieurs, comme cela on peut choisir les meilleures cotes. On peut faire ce choix nous même ou si on veut plus d’assurance, on peut toujours consulter un comparateur de cotes qui saura faire sortir les cotes les plus favorables pour le match. Dans un match de boxe, on peut parier sur celui qui remportera la rencontre, sur le nombre de rounds du match, sur une victoire par KO, sur une victoire par abandon…

C’est le résultat à la fin du combat qui compte lors de ces matchs de boxe, toute annulation de résultat pour cause de dopage ou autre motif ne retire en rien les gains du parieur. Et normalement en cas d’annulation de match, les paris ne sont pas annulés mais on les remporte pour le prochain match. Et comme on ne cesse de répéter, avant de faire les paris, il faut bien se renseigner sur le match en question, sur les deux adversaires, sur leurs performances durant leurs derniers combats, leurs points forts ainsi que leurs points faibles…

Et il faut aussi se renseigner sur le bookmaker, faire en sorte de ne pas se faire arnaquer et d’avoir le meilleur, qui offre le plus de sécurité, celui avec qui on ne rencontre pas de problèmes lors du paiement. Et sachez que c’est surtout dans les matchs de boxe qu’il a surtout de trucage. En effet, les plus grands parieurs du monde très fortunés donnent de l’argent aux joueurs pour qu’ils fassent exprès de perdre le match.  

Source: parier en ligne

Paris sportifs illégaux pour la coupe du monde de football

Il n’est pas certain que les paris sportifs soient légalisés à l’occasion de la Coupe du monde de football 2010, qui se déroulera du 11 juin au 11 juillet en Afrique du Sud. C’est ce qu’indique le sénateur du Var, François Trucy, rapporteur de la commission des Finances de la haute assemblée, pour le projet de loi relatif à l’ouverture à la concurrence et à la régulation du secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne. Pour l’instant, seule une communication devant cette commission a eu lieu le 27 octobre dernier.  M. Trucy détaille le calendrier prévisionnel, qui laisse peu d’espoir à une application effective dans 198 jours. A moins d’une initiative gouvernementale pour accélérer le processus, ce qui ne semble pas envisagé pour l’instant. Les joueurs français pourraient donc continuer à parier sur des sites illégaux lors du Mondial 2010. Une situation à double tranchant pour les opérateurs de sites de paris. Ils ne pourraient bien entendu pas faire de publicité audiovisuelle et concrétiser les diverses alliances potentielles qui se nouent actuellement avec des acteurs français des médias ou de l’Internet. Mais en même temps, ils pourraient continuer à opérer illégalement, comme ils le font actuellement, avec des fjchiers clients de plus en plus nourris. Et une absence totale de taxes à régler à l’Etat français. Ce qui finalement est peut être un moindre mal.

Où en est le Sénat sur l’examen du projet de loi sur l’ouverture à la concurrence sur Internet du secteur des jeux en ligne et de hasard ?
François Trucy : Le calendrier est dans une telle situation d’embouteillage que je me suis permis de faire le pari l’autre jour, puisque c’est la mode, que le ministre n’arriverait pas à respecter le calendrier qu’il avait lui même fixé, c’est à dire une loi opérationnelle pour la Coupe du monde.

Le texte est déposé au Sénat, mais nous ne pouvons absolument pas nous en saisir ni en commission, ni en séance, parce que l’embouteillage de l’automne, jusqu’au 23 décembre c’est la loi de Finances de sécurité sociale, puis la loi de Finances. Et on nous promet le premier jet de la fameuse réforme territoriale. En aucune façon, un autre texte ne peut être pris. Donc, normalement, si on ne nous embouteille pas davantage, c’est janvier. On reprend le 5 ou le 6 janvier. A ce moment là, on peut penser que la commission des Finances prend le texte. Mais c’est très lourd, car les commissions, maintenant, c’est avec le ministre, avec les amendements qui dégringolent de tous les côtés. Et quand le texte est terminé, que le rapport est fait, on arrive en séance. Et cela, ce n’est sûrement pas avant fin janvier. Ensuite – contre mon avis, le gouvernement n’a pas déclaré l’urgence – le texte repart à l’Assemblée pour la deuxième lecture. Puis, le retour au Sénat, la commission mixte paritaire, pour avoir un texte définitivement voté.

A partir de ce moment là, les notifications à la Commission européenne de Bruxelles doivent être faites. Pas la loi elle même, mais les décrets. Ce qui est pareil, car en définitive il y a tellement de décrets, il y aura tellement de choses dans les décrets que rien qu’à ce niveau là, il peut y avoir quelques risques de désaccord qui font perdre du temps. De toute façon, on aura sûrement droit aussi de la part de l’opposition à un recours constitutionnel. Et en définitive on se retrouve avec un handicap supplémentaire, c’est qu’il y a les élections régionales, les 14 et 21 mars avec une suspension des travaux parlementaires de rigueur dans les 15 jours qui précèdent. Pour arranger les choses, il y a les quinze jours de vacances ordinaires du personnel et des parlementaires, dans la deuxième quinzaine d’avril. Avec tout cela et tout le travail, il reste à espérer que l’ARJEL puisse sortir immédiatement dès que la loi est promulguée, car il faut la promulguer, ce qui prend encore quelques jours, cela veut dire, je le parie, que cela ne passe pas. Sauf et c’est tout le problème si, d’une manière ou d’une autre, le gouvernement arrive à mettre l’urgence, ce qui est très délicat entre les deux lectures. Ce n’est pas trop la coutume, c’est très mal vu. L’opposition ne manquerait pas de râler.

Q : N’y a-t-il pas une pression supplémentaire, avec la qualification de l’équipe de France ?
R : Si effectivement l’équipe avait été éliminée, l’attention baissait. Là, elle rebondit terriblement sur le plan du calendrier car tout le monde est affamé de prendre les paris.

Q : On sent que les opérateurs de jeux en ligne sont dans les starting blocks…
R : Oui, ils piaffent. Ils avaient commencé à ruer dans les brancards et à faire de la pub ici ou là. M. Woerth a ressaisi les rênes et menacé de sanctions, mais cela ne va pas durer 200 ans. Si demain ils avaient l’impression qu’il y a échec du calendrier de la loi, on peut s’attendre à quelques débordements.

Q : Parmi les parties du texte contestées par les opérateurs de jeux en ligne, il y a notamment un amendement du député Yves Censi qui oblige à remettre les compteurs à zéro, mais qui a été voté contre l’avis du ministre. Pensez vous que cet amendement puisse survivre au passage devant le Sénat ?
R : Je ne peux pas vous dire ce que va faire le Sénat. Personnellement, je pense que c’est un amendement de pénalisation majeure, c’est comme la double peine et qui est visiblement inspiré par ceux qui n’ont aucune envie que la loi passe, ou qu’elle passe avec une véritable ouverture. Cela c’est un « contre », style Exocet, qui est passé dans des conditions, tard le soir, où les amendements très durs peuvent passer mais n’ont pas forcément un avenir.

Q : Au niveau du taux de prélèvement pensez vous qu’il peut y avoir un aménagement ?
R : Il n’y a pas plus difficile que les équilibres financiers d’une loi de cette nature dans la mesure où il y a des prélèvements dans tous les sens en estimant que l’Assemblée n’a rien changé, sauf à prélever un petit peu de l’argent de l’Etat au profit des communes qui ont un casino ou des hippodromes. Il y avait déjà les monuments nationaux. Donc on a là trois prélèvements similaires, tous les trois prélevés sur la dotation de l’Etat. Le reste on n’y a pas touché. Ceux qui voudraient qu’on y touche voudraient qu’on pénalise les paris sportifs pour les frapper aussi fort qu’on prelève les 8% de la filière hipppique. C’est une autre façon de tuer toute la filière des paris sportifs à la cote.

Q : Que pensez vous de la situation des casinos au sein de ce texte ?
R : Les petits adjuvants sur le plan fiscal sont très sympathiques, mais ce n’est pas grand chose. Et deuxièmement, si la situation des casinos en général reste la même, ils risqueraient d’être plus pénalisés par une ouverture des jeux en ligne que ne le seront les hippiques et les loteries. Il ont besoin de trouver en eux-mêmes les astuces et de bonnes méthodes pour reconquérir le terrain. Il faut les aider. L’état les a tondus suffisamment pour qu’on puisse demain leur tendre la main.

Q : Vous êtes également membre de la Commission des jeux du ministère de l’Intérieur. Le projet de loi prévoit la création de l’ARJEL. A votre avis, ne faudrait-il pas une structure unique pour s’occuper du jeu ?
R : En 2002 je le disais déjà. Je l’ai dit encore plus fort en 2006. Et on se heurte là aux ministères qui ont chacun leur pré carré. Ce sera le coeur du débat au Sénat : vous avez sept ministères dont trois de tutelle et quatre autres qui n’ont jamais le droit à la parole, la Santé, le Tourisme – pour les casinos c’est important – la Justice et les Sports qui arrivent maintenant sur le devant de la scène. Et puis vous avez le COJER qui est présumé surveiller la Française des Jeux, la commission des jeux qui donne des avis au ministre de l’Intérieur. Vous allez avoir maintenant l’ARJEL pour les jeux en ligne avec son comité consultatif qui s’étoffe de passage en passage dans les différents rouages de l’Assemblée nationale et puis le comité consultatif qui a été recréé par l’Assemblée auprès des ministres dans le cadre d’une vue plus globale. Cela fait onze structures ! Comment voulez vous qu’on puisse appliquer une politique du jeu responsable et qu’on puisse coordonner convenablement les opinions des ministères ? Le Sénat prendra des initiatives là dessus.

Casino du Mois

  • Près de 300 jeux RTG
  • 150 Slots sans téléchargement
  • Service clientèle en Français
  • Paiements des gains rapides

Archives